Pourquoi doit-on toujours choisir l’écotourisme ?

« L’écotourisme et le tourisme classique, deux modes de voyages qu’on a tant entendu parler d’eux sans vraiment connaitre de quoi s’agit-il? » répliquent la majorité des voyageurs, sachant que ceux qui font la différence sont vraiment rare, et c’est logiquement des naturalistes, des voyagistes, et des personnes activent sur la protection de l’environnement.

Écotourisme ou tourisme classique? Quelle est la définition ? Que choisir ? Quelle est la différence entre les deux termes ? Et comment peut-on faire la différence ?

Tout d’abord, on va essayer de répondre à toutes ces questions dans cet article et encore bien d’autres. Il faudra donc définir chaque terme et aller en profondeur afin de faire la différence. Mais je dirais dès le début que le tourisme classique est loin d’être écolo, et c’est ce qui nous pousse de tenter un mode de voyage alternatif qui est l’écotourisme, un concept très différent sur tous les niveaux.

Il faux reconnaître tout d’abord de quoi vous êtes capable : Vous êtes responsable ? Vous êtes engagé ? Voulez-vous profiter et vous divertir mais aussi laisser nos générations qui suivent en profiter ?

Vous devez lire cet article alors, il faudra comprendre les impacts du tourisme tel qu’on le connait -le tourisme classique- sur le milieu naturel pour choisir des structures touristiques impliquées dans l’écotourisme, et tout en prenant conscience des engagements nécessaires pour devenir un voyageur responsable.

Dans une série d’articles là-dessous, on passera certainement par des points très intéressants dans un ordre non formel, on abordera les suivants :

  • Présentation de l’écotourisme (article courant)
  • Choisir sa destination
  • Acteurs de l’écotourisme
  • Structures et législation de l’écotourisme
  • Choisir son hébergement
  • Pratiquer des activités nature
  • Devenir un éco-voyageur
  • Les voyagistes de l’écotourisme
  • L’écotourisme Solidaire
  • Les guides et revues sur l’écotourisme

Cependant, dans ce courant article, on mettra le point sur la différence entre ces deux formes de tourisme, les définitions, le but de l’écotourisme, et ses différentes structures et leur coté législatif.

Définition du Tourisme Traditionnel

Contrairement à l’écotourisme, le tourisme traditionnel (classique) est une forme touristique là où les voyageurs peuvent s’amuser dans un lieu hors de l’ordinaire, normalement avec un plan plus organisé pour le touriste, où il est recommandé les meilleurs endroits à visiter.

Cependant, ce voyageur n’exerce aucune forme de solidarité avec la population locale, ni une forme durable, il est plutôt en voyage juste pour le dépaysement et le plaisir de se déplacer et découvrir d’autres lieux. Il pourra aussi, visiter des lieux naturels sans préserver l’environnement.

Le tourisme traditionnel ou classique est réputé par les types de voyageurs non responsables, et qui n’ont pas d’intérêt à transformer leur voyage en un plus pour tout le monde (voyageurs, locaux, environnement).

Caractéristiques du tourisme traditionnel :

  • Se détendre de tous les activités quotidiennes, et se déstresser.
  • Confort dans les hôtels et les restaurants (voir du luxe).
  • Agréables tours dans la ville. Loisirs.

Définition de l’écotourisme

Nous ne pouvons pas définir l’écotourisme sans rappeler comment est-il définit selon l’Office Mondiale du Tourisme :

Définition d’écotourisme de l’OMT:

Le terme « écotourisme » est utilisé pour se référer aux formes de tourisme qui présentent les caractéristiques suivantes:
1. Toutes les formes de tourisme basées sur la nature dans lesquelles la principale motivation des touristes est l’observation et la jouissance de la nature ainsi que des cultures traditionnelles qui prévalent dans les zones naturelles.

2. Cette forme de tourisme intègre des caractéristiques éducatives et d’interprétation du milieu.
3. Elle est généralement, mais pas exclusivement, organisée à l’intention de petits groupes de personnes par des voyagistes spécialisés. Les partenaires fournisseurs de services à la destination sont en général de petites entreprises locales.
4. Elle minimise les impacts négatifs sur l’environnement naturel et socioculturel.
5. Elle contribue à la protection des zones naturelles utilisées comme centres d’intérêt écotouristique:
– En étant source d’avantages économiques dont profitent les communautés, les organisations et les autorités de la région-hôte chargées de la préservation des zones naturelles ;
– Créant des emplois et des possibilités de revenus pour les communautés locales ;
– En renforçant la prise de conscience des résidents et des touristes quant à la nécessité de protéger le patrimoine naturel et culturel.

Source: Le marché anglais de l’écotourisme OMT 2002 .

L’écotourisme donc, comporte d’autres formes de tourisme axées sur la nature et qui regroupent à la fois l’éducation et la sensibilisation afin de préserver l’environnement, aussi bien à destination des touristes que des autochtones. Les groupes, souvent encadrés par des entreprises locales, sont généralement restreints.

Très bien, là on commence déjà à avoir la voie, «Toutes les formes de tourisme basées sur la nature…» ce qui signifie que l’écotourisme vient déjà d’une approche touristique en terme de plusieurs formes de tourisme mais exercées d’une autre façon, avec un autre esprit, avec d’autres considérations, et surtout avec une orientation vers la nature.

Ça continue à devenir plus claire à l’esprit, la notion que rapporte l’écotourisme s’agit alors de se focaliser sur la nature, pas comme moyen mais comme objectif : L’éducation et la sensibilisation à la préservation de l’environnement, autrement dit nous nous rendrons à la nature, pour y pratiquer des actes et des activités touristiques certes mais à la fois éducatives, et de sensibilisation à toute personne pratiquante pour éveiller en elle le sens de préservation de l’environnement et l’amour de la nature. Ce n’est pas du tourisme passif, c’est mais bien au contraire.

Il serait donc évident si ont est dans une approche active, éducative et environnementale de procéder à une restriction des groupes, il ne s’agira plus de groupes de dizaines voir de centaines de personnes mais de très petits groupes. Disons pour le moment que c’est au moins dans un objectif éducatif et pédagogique qu’on exige cette restriction. On abordera par la suite les autres arguments qui mèneront à la restriction obligatoire du nombre de participants d’un groupe d’éco-touristes ou éco-voyageurs.

Enfin, voyageons solidaire (avec les locaux), voyageons durable (préserver l’environnement) tout en profitant de la nature, c’est ça l’écotourisme.

Le Tourisme Durable selon l’OMT :

« Un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil. « 

Le but de l’écotourisme

Il faut reconnaître que l’écotourisme repose sur plusieurs principes, il doit rapporter de l’emploi et des revenus aux populations locales, tout en favorisant des avantages économiques aux communautés d’accueils, aux organismes et aux administrations qui veillent à la préservation des espaces naturels.

En effet, comme le tourisme traditionnel, classique ou balnéaire font valoir leur importance en faisant tourner des hôtels et des centres d’accueils luxueux et ce par suite, aura des retombées positives sur les acteurs qui y travaillent, le tourisme vert ou l’écotourisme comme on l’a défini devrait aussi faire la même chose mais pour le bien des populations locales.

Vue que ce type de tourisme ce déroule dans des zones en profondeur du pays, dans des forêts, des oasis ou des montagnes ou dunes du désert et autres zones rurales, il serait évident de faire travailler les gens de la région, d’incuber les locaux et la population du milieu, qui serait la plus adaptée, la plus connaisseuse et la plus efficace même pour ce boulot et à ces conditions spéciales.

De façon officielle, officieuse ou partielle, la population locale aura à générer des revenus continus et stables et même des bénéfices à travers l’écotourisme. Ce tourisme qui n’est en aucun cas un tourisme marginal, ni un pseudo-tourisme, il a des normes, des disciplines et des spécialistes reconnus par l’état et par la communauté spécialisée pour exercer et fournir des services responsables envers le client et envers l’état selon des étiques du métier. On abordera par suite un ensemble de points à satisfaire dans ce contexte.

Voilà, bien à vous de voyager écolo, responsables, ou pas, c’est à vous de choisir!


Ⓒ  OUTDOOR VERSION   Alexandre Rekik ●

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?
PARTAGER L'AMOUR D'OUTDOORS :
  • 44
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    44
    Shares
  • 44
    Shares

Alexandre Rekik1 Posts

DE LA TUNISIE ●●● ALEXANDRE REKIK, randonneur, aventurier et fondateur de Dar El Ain : Ecotourisme & Loisirs

0 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Don't have account. Register

Lost Password

Register

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench